Les envies

Les envies

samedi 17 février 2018

Il y a 100 ans .. plus de mort que la guerre .. la grippe espagnole

J'adore l'histoire donc de temps en temps je vous ferais un petit topo "Il y a 100 ans " !!

Donc voilà il y a 100 ans commençait le plus grand fléau de tous les temps.. la grippe espagnol

La grippe de 1918, nommée à tort « grippe espagnole », est due à une souche (H1N1) particulièrement virulente et contagieuse de grippe qui s’est répandue en pandémie de 1918 à 1919. Cette grippe a fait de 20 à 40 millions de morts, 30 millions selon l’Institut Pasteur, voire 100 millions selon certaines réévaluations récentes. Elle serait la pandémie la plus mortelle de l’histoire avec les 34 millions de morts (évalués) de la peste noire.

Le Nord-Est des Etats-Unis, origine géographique probable de l’épidémie

Le nom impropre de grippe espagnole semble venir du fait que seule l'Espagne - qui ne s'était pas engagée dans la Première Guerre mondiale - publia librement les informations relatives à cette épidémie et notamment celles concernant la maladie du roi Alphonse XIII. Les journaux français parlaient donc de la grippe espagnole qui faisait des ravages en Espagne sans mentionner les cas français qui étaient tenus secrets pour ne pas faire savoir à l’ennemi que l’armée était affaiblie.


Les hypothèses sur l'origine géographique de la grippe de 1918 sont multiples mais toutes convergent vers une même région : le Nord-Est des États-Unis d'Amérique, dans la région de Boston, premier lieu semble-t-il où la grippe devint mortelle, vers la mi-septembre 1918. Ce n'est qu'à partir de là que l'on suit avec certitude le virus en question.

Un « virus père » en Chine

Cependant, la pandémie commença bien avant avec le « virus père ». L'origine la plus communément admise, notamment par l'Institut Pasteur, est l'Asie, la région de Canton plus précisément, en Chine. Bien qu'elle ne repose sur aucune preuve indéniable, cette hypothèse s'appuie sur deux constats effectifs : une épidémie de grippe bénigne, mais à forte contagiosité, sévit effectivement en Chine au printemps 1918 . Et cette région, par son interaction entre les populations humaines, aviaires et porcines, a toujours été la source principale des épidémies de grippe. Le mode d'organisation traditionnel de la paysannerie mettait alors en contact direct et continuel les oiseaux de basse-cour, les porcs et les humains. Les premiers, souvent des canards, servant de réservoir naturel de virus. Les populations porcines, servant d'éprouvettes, subissent ainsi continuellement l'assaut des virus grippaux aviaires, qu'ils ne craignent normalement pas du fait de la barrière des espèces. Mais ce contact continuel permet, le cas échéant, aux variantes des virus de s'adapter au système immunitaire mammalien. Et du fait que le système immunitaire des porcs est proche de celui de l'homme, les virus grippaux aviaires peuvent donc atteindre l'homme par le biais des porcs.
Le virus aurait atteint les États-Unis par le biais d'un bataillon américain revenant de la région de Canton vers une base de Boston. Le virus aurait alors muté pour devenir plus mortel (pour 3% des malades, contre moins de 1/1000 pour les autres épidémies de grippe). Elle se transforma alors en pandémie, à travers l’Europe, puis dans le monde entier par ses colonies.


Premiers cas européens dans les tranchées

D'autres encore affirment que la grippe serait originaire d'Europe. Ainsi, les premiers cas de grippe espagnole seraient apparus dans les tranchées, en France, en avril 1918, les premiers frappés étant des spldats britanniques stationnés dans les environs de Rouen. Il y eut effectivement des morts dus à une épidémie de grippe particulièrement contagieuse, mais les conditions d'hygiène des tranchées étaient amplement suffisantes à transformer une grippe des plus banales en maladie mortelle.

Les troupes alliées, vecteur de transmission

Toujours est-il que cette épidémie, liée ou non à l'épidémie chinoise, se répandit rapidement, par le biais des mouvements de troupes alliées, d'abord en Grande-Bretagne, puis aux États-Unis, et enfin en Italie et en Allemagne, atteignant son apogée vers juin 1918. La progression du virus fut foudroyante : des foyers d’infection furent localisés dans plusieurs pays et continents à la fois en moins de 3 mois, et de part et d’autre des Etats-Unis, au Mexique et au Canada, en sept jours à peine. Localement, deux, voire trois vagues se sont succédé.
C'est aux États-Unis, dans la région de Boston, aux environs du 14 septembre, que les premiers cas mortels de « grippe espagnole » furent signalés. À partir de cette date, cette vague virale, bien qu'étant dans la lignée directe de la précédente, se caractérisa par une mortalité 10 à 30 fois plus élevée que les épidémies grippales habituelles.
Du fait de sa grande contagiosité, elle se répandit partout où les voyageurs contaminés, civils ou militaires, allèrent, au gré des transports ferroviaires et maritimes de cette époque, inconscients du danger qu'ils colportaient. Dès le 21 septembre 1918, dans l'ensemble du Nord-Est des États-Unis, des côtes américaines du golfe du Mexique, ainsi qu'en Californie et dans la majorité des grandes villes de l'Est américain, sont signalés des décès dus à la grippe : c'est le début d'une augmentation significative et anormale du nombre de cas mortels.

Aux Etats-Unis, une infirmière sur quatre meurt...

Dès lors, la plupart des grandes villes américaines furent paralysées du fait du grand nombre de malades, mais aussi du nombre sans cesse croissant de personnes refusant d'aller travailler. Alors que les médecins américains, désemparés, sans grande ressources thérapeutiques, tentaient d'endiguer l'épidémie, une infirmière sur quatre mourait.
En Europe, suivant la même évolution qu'aux États-Unis, la maladie, partant du Nord-Est de la France, conquit bien vite l'ensemble des tranchées alliées ainsi que le territoire français et, par les mouvements de troupes britanniques, se propagea Grande-Bretagne.


Vers le 15 octobre, l'Espagne, l'Italie, l'Allemagne et l'ensemble des pays limitrophes comptèrent leurs premiers morts. De là, l'Europe étant à l'époque le centre colonisateur du monde, des bateaux, avec à leur bord des marins grippés, partirent vers l'Afrique, l'Amérique du Sud, les Indes et la Chine, ainsi que vers l'Océanie, ces marins colportant vers ces terres alors encore épargnées un virus épidémique qui, de fait, devint pandémique.

Novembre 1918, le mois le plus meurtrier en France

Fin octobre et début novembre, d'abord en France et en Grande-Bretagne, ensuite dans l'Europe entière durant le mois de novembre 1918, l'importance devint l'égale de celle des États-Unis. Cependant, les populations européennes, affaiblies par quatre ans de guerre et de pénuries, subirent des pertes plus grandes encore que celles des États-Unis. La France, à elle seule, subit quasiment autant de pertes que l'ensemble des États-Unis. Des villes entières sont paralysées, autant par la maladie que par sa crainte. Aux États-Unis, l'épidémie perdit enfin de sa force en novembre, après deux mois en moyenne de sévices : septembre, le mois de la propagation, et octobre, le mois des morts.
En Europe, pour la France et la Grande-Bretagne, le mois de la propagation ayant été octobre, ce fut en novembre, en raison des infrastructures sanitaires débordées, qu'on enregistra le plus grand nombre de morts. Pour les autres pays d'Europe, la période de propagation de la maladie s'étendit de mi-octobre à mi-novembre, celle des morts, de mi-novembre à mi-décembre.
Parmi les comptoirs et colonies européenne, seule l'Australie fut en mesure d'appliquer une quarantaine rigoureuse. Pour les autres, l'épidémie fut inévitable. À partir de novembre 1918, le virus se répandit très vite dans toute l'Afrique, l'Amérique Latine, les Indes et la Chine, ainsi qu'en Océanie. Le pourcentage de grippés dans les populations locales oscillait alors entre 30 et 80 % de contaminés, parmi lesquels de 1 à 20 % de cas mortels. Les épidémies, là aussi, passant en deux mois sur une région, l'activité de la maladie diminua en janvier 1919, avec un pic de mortalité en décembre 1918.

mardi 13 février 2018

Mardi Gras ... humm des beignets !!!

Pour ça il me faut :

- 1kg de farine (je donne des proportion industriel parce qu'au rythme ou ca part.. et en plus on peut la congeler pour en refaire plus tard )
- 6 oeufs
- 1 pot de crème fraiche
- 1 verre de lait
- 2 verres de sucre
- 1 paquet de sucre vanillé
- 1 cube de levure de boulanger
- de l'huile (pour frire après)


Là j'ai pris de la levure en sachet. Ce que je fais dans ce cas... 


Le verre de lait au micro onde 30 sc et voilàààà j'y mets le sachet de levure et elle se mélange. 

Je vous montre ma technique pour malaxer la pâte.... 

je mets tous dans le plat et hop j'y plonge les mains... ca donne :

Là faut attendre que ça monte pendant 1h !!!

Tadammmmmmmmmmmmmmmmm 



Elle a bien montée !! maintenant faut les faire cuire !!!

Déjà les découper 



J'ai la roulette magique comme je dis .. Pour faire les belles découpent dans la pâte... et un trou au milieu et tu les fais passer dedans !! 
Et hop on jette (doucement quand même) dans l'huile !!!


La gazinière était pas toute propre mais après ça j'ai fait un super décrassage ^^

Après quelques minutes de cuisson... c'est la dégustation 




mercredi 31 janvier 2018

Lindor Blanc fraise hummm

Hier il y a eut un anniversaire dans ma classe.. Les parents ont gentillement offert des chocolats aux adultes "Les bonbons ça va pour les enfants hein "...

Je ne connaissais pas..J'aimais déjà beaucoup les lindor rouge mais là ....


Ca déchireeeeeeeeeeeeeeee !!

C'est super trop bon... un cœur de fraise avec un enrobage de chocolat blanc.. vraiment je recommande !!

Pour voir sur le site Lindor (on clic)

jeudi 25 janvier 2018

Plein de bébé star en 2018 !!

Alors qui va nous faire un bébé en 2018, voici un petit échantillon :





Eva Longoria attend un enfant ! Un petit garçon, selon les informations du magazine espagnol «Hola !». Le petit bonhomme sera le premier enfant d’Eva Longoria et le quatrième de son mari José Antonio Bastón, dit «Pepe». 



2018 sera une année chargée en festivités pour la famille royale. Entre le mariage du Prince Harry et la naissance du troisième enfant du Duc et la Duchesse de Cambridge alias le Prince William et Kate Middleton. On a hâte !







Laetitia Milot a eu raison de «garder espoir». Elle et son compagnon Badri attendent leur premier enfant. Une victoire sur l’endométriose, la maladie dont souffre l’actrice et qui peut avoir une incidence sur la fertilité.




La star de La Fête à la Maison, John Stamos qui est fiancé à Caitlin McHugh, va vivre sa plus grande année puisqu'il vient de confirmer qu'ils attendaient leur premier enfant ensemble. 

@auféminin.com

mardi 23 janvier 2018

Euhh comment dire !!

Je suis friande de petits infos comme ca... sans lesquelles on ne pourrait vivre... de temps en temps j'en mettrais une .. Là a concerne un cercueil !!

Un cercueil dont le couvercle a été forcé a été retrouvé en bas d’une petite route des Pyrénées-Orientales. L'idendité du défunt n'est pas encore connue... Les agents de la Direction des routes du conseil départemental des Pyrénées-Orientales ont eu un choc.



 Le 8 janvier, alors qu’ils vérifiaient l’écoulement des eaux au lendemain de la tornade qui avait frappé le Vallespir, ils ont découvert un cercueil en contrebas d’une petite route départementale sur la commune de Serralongue. 

 Vérification faite, le couvercle de cette caisse en chêne a été forcée, ce qui laisse à penser que l’occupant en a été extrait avant que l’on se débarrasse du cercueil. L’enquête a été confiée à la gendarmerie souligne France Bleu Roussillon, qui révèle l’information. Les militaires ont procédé à des prélèvements et interrogé les pompes funèbres avoisinantes afin de découvrir l’origine du cercueil. L’enquête est en cours.

@planetinfo

mercredi 17 janvier 2018

Le voyeurisme culturel français...



Que dit Wiki sur le voyeurisme :

Le voyeurisme est un terme à connotation morale, qui décrit un comportement ou une tendance « voyeuriste », c’est-à-dire basé sur l'attirance à observer l'intimité ou la nudité d'une personne ou d'un groupe de personnes dans des conditions particulières en cherchant à y éprouver une jouissance et/ou une excitation (délectation voyeuriste). Les pratiques voyeuristes peuvent prendre plusieurs formes, mais leur caractéristique principale est que le voyeur n'interagit pas directement avec son sujet, celui-ci ignorant souvent qu'il est observé. Le « voyeur » est souvent représenté observant la situation de loin, en regardant par une ouverture, un trou de serrure ou en utilisant des moyens techniques comme des jumelles, un miroir, une caméra, etc.

Ce que j'appelle le voyeurisme culturel français c'est le fait de regarder des choses (souvent les fameuses émissions de télévision super intellectuelles style Ruquier, Hanouna ou encore les reality show) en attendant qu'il y a un buzz pour être le premier a en informer les réseaux sociaux ... Et oui ca existe et c'est comme ca qu'une Christine Angot peut sévir sur le service public... 

Je n'ai jamais regardé cette émission (peut etre que je perd quelque chose mais ca me tente pas du tous) les seuls morceaux que j'ai vu de cette femme me font pensé qu'elle est vraiment pas bien... Je la trouve égocentrique, malsaine, autosuffisante et quand elle ouvre sa bouche c'est que du mal qui en sort... franchement je n'arrive pas a comprendre comment on peut la faire venir sur un plateau...son attaque honteuse sur Sandrine Rousseau en septembre dernier m'a mise dans une colère... 




Bref le voyeurisme culturel français existe pour faire de l'audience... je trouve ça écœurant !! 

lundi 15 janvier 2018

Bye bye Dolorès !!

La nouvelle du soir assombrie encore plus le "blue day" !!

La chanteuse des Cranberries n'est plus ...une grand pan de ma "fan attitude Rock" s'éteint avec elle !!
... 



J'aimais beaucoup sa voix et ses chansons également... bien sure c’était un  tous ... 

Après Georges Mickael l'année dernière voilà encore une star qui va aller briller ailleurs mais qui continuera a briller dans nos cœurs ...

Ma chanson préféré :